Les maquis du secteur Seille-Sânon
 char

Les maquis de l’Est de la France sont peu connus ; ils n’ont pas eu l’importance des célèbres maquis du Vercors, des Glières et du Massif central. Le relief peu propice à la clandestinité et la présence de nombreuses troupes allemandes dans la zone interdite des départements de l’Est ne prêtaient pas à des actions d’envergure. Seul le massif des Vosges a connu plusieurs maquis conséquents que les Allemands et les miliciens décimèrent pendant leur retraite.

Jusqu’à ce jour, aucune étude n’a été consacrée au maquis du secteur Seille-et-Sânon ; le présent ouvrage vient combler cette lacune. Il contient des écrits inédits et les témoignages de plusieurs dizaines de personnes acteurs ou témoins des faits de l’époque.

13 villages entre Seille et Sanon
Un guide historique, artistique et touristique pour 13 petits villages, dont le patrimoine a été considérablement entamé par les guerre, peut paraître une entreprise un peu vaine relevant de la gageure. Néanmoins, même dans ces villages qui ont beaucoup souffert, il reste toujours quelque chose à voir et le lecteur, armé d'un peu d'imagination, pourra reconstituer ce qui a disparu grâce aux indications données.

Les 13 villages concernés: Arracourt, Athienville, Bathelémont, Valhey, Bauzemont, Hénaménil, Parroy, Mouacourt, Xures, Coincourt, Réchicourt-la-Petite, Juvrecourt, Bures.


13 Villages
L'Histoire d'Arracourt 
Arracourt a toujours été marqué par son rôle de frontière : frontière des Leuques et des Médiomatriques, du temporel de l'évêché de Metz et du duché de Lorraine, de la France et de l'Allemagne entre 1871 et 1918.
Il n'a jamais été épargné par les guerres depuis la guerre de Trente Ans. Limite du front pendant quatre ans de 1914 à 1918, il fut encore le théâtre d'une bataille de chars en septembre 1944. La famille Bourcier de Montureux y joua un grand rôle.
Haraucourt
Histoire du village de Haraucourt, près de Saint-Nicolas-de-Port. Densément occupé à l'époque gallo-romaine, ce village a vu naître l'importante et renommée famille de Haraucourt, l'une des quatre familles des "Grands Chevaux de lorraine". C'est pour Guillaume de Haraucourt que fut fabriquée la première des célèbres cages en fer de Louis XI. Haraucourt a vu naître également l'imprimeur, graveur, ingénieur Jean Appier, dit Hanzelet, le peintre Chamant, l'abbé Michel, auteur du Journal des ecclésiastiques de la Meurthe déportés, et le général de la Révolution Lambert. Aujourd'hui un quart de son territoire est devenu inaccessible en raison des énormes cratères dus à l'exploitation intense du sel de son sous-sol.
Les tombes de l’Age du Bronze et de l’Age du Fer
Les tombes de l’Age du Bronze et de l’âge du Fer, situées entre Seille et Sanon, témoignent d’une implantation déjà ancienne à l’époque préhistorique. Ce cahier rassemble les rapports des fouilles effectuées à Serres, Bezange-la-Grande et Moncel-sur-Seille, au début du siècle, accompagnés des photographies des sites aujourd’hui.
Le village de Bathelémont
Monographie sur le village de Bathelémont, village qui vit naître le lorrain Jean-Nicolas Stofflet, devenu l’un des deux principaux chefs des Vendéens et où débuta l’intervention des Américains dans la première guerre mondiale. C’est là que les soldats américains tirèrent leurs premiers obus et c’est à proximité, du côté de Bures, qu’ils eurent leurs premiers morts et prisonniers.
Le village de Valhey
Histoire du village de Valhey, qui vit se succéder plusieurs lignées seigneuriales importantes et où est né Jean des Porcelets de Maillane, érudit, protecteur des artistes lorrains du début du XVIIe siècle... et évêque de Toul.
Les seigneurs de Valhey et leur château disparu
Ce cahier est un extrait du précédent ; il reprend la partie étudiant les lignées seigneuriales et celle tentant de reconstituer le château dont il ne reste pratiquement rien aujourd’hui.
Pessincourt, village disparu
Etude sur un hameau ou village totalement disparu, qui se trouvait entre Bauzemont et Einville, à proximité du Sanon.
Histoire d’Einville-au-Jard des origines à 1792
Il s’agit des Notes historiques sur Einville-au-Jard, publiées en 1896, par l’Abbé Viansson-Ponté. Cette étude est intéressante par les références et les détails recensés.
La Famine, motte féodale
Entre Arracourt et Valhey, sur le territoire d’Athienville, la photographie aérienne, prise en raison du toponyme, a mis en évidence les traces d’une motte féodale ou castrale. Ces châteaux en bois, comme on peut en voir sur la tapisserie de Bayeux, ont souvent précédé les châteaux de pierre, mais beaucoup ont disparu sans laisser de traces, comme la famine, peut-être identifiable à un site de la fin du XIe siècle.
Le procès de Barbillon
Transcription complète du procès de Barbillon Claudon, avec explications et commentaires. Ce procès s’est déroulé en 1610, à Bathelémont et à Einville. De par sa banalité, il est exemplaire du phénomène général de la chasse aux sorcières. On trouve, entre Seille et Sanon, bien des descendants de Barbillon, des 71 témoins et des quatre juges. Barbillon
Le trou d’Athienville
Résurgence, grosse fontaine, fontaine des moussus, trou ; différents termes désignent cette curiosité géologique, fruit de deux effondrements (1805, 1842), à proximité du village et du château disparus (ville la jue et le châtelet).
La chapelle et la fontaine Saint-Pierre
On peut supposer que la fontaine Saint-Pierre, à Bezange-la-Petite, fut un sanctuaire de source antique, avant d’être placée sous la protection du premier des apôtres et de devenir un lieu de pèlerinage. Une première chapelle, déjà détruite au début du XIXe siècle, fut remplacée par une seconde en 1880, elle-même détruite aujourd’hui.
Le souterrain et la fontaine de Bathelémont
Etude et plan de la fontaine du village, constituée d’une salle qu’un souterrain d’une vingtaine de mètres relie à l’air libre
Le Régiment de Lorraine-Infanterie
Le Régiment de Lorraine-Infanterie a succédé au Régiment des Gardes de Lorraine, créé en 1740, pour le service du Roi Stanislas. Il a été dissous en 1794. Ce fascicule, tiré de Histoire de l’ancienne Infanterie française de Louis Susanne (1851), retrace les pérégrinations de cette troupe basée à Lunéville et résume celles du Régiment de Perche, créé en 1644, en Piémont. Ce dernier combattit auprès des Gardes Lorraines, avant d’y être intégré, en 1744.
Les trois premiers Américains tombés dans les champs de France
C’est le 3 novembre 1917 que meurent les premiers soldats américains engagés dans la première guerre mondiale, en Lorraine, aux confins de Bathelémont, Bures, Arracourt. Ce dossier détaille l’affrontement qui a vu le décès de ces soldats et retrace l’histoire contrariée du monument édifié à leur mémoire.
La libération de Valhey
Le 14 septembre1944, le petit village de Valhey est le théâtre d’un affrontement entre les troupes allemandes et les soldats américains. En 1999, un monument est érigé à la mémoire des soldats morts dans le char du sergent Sadowski. Fascicule disponible en anglais.
La bataille de chars d’Arracourt
Dans l’histoire de la seconde guerre mondiale, la bataille de Lorraine et, plus particulièrement, la bataille de chars d’Arracourt sont souvent oubliées. Dossier qui retrace cette bataille passionnante.
Le village de Bauzemont
Histoire du village de Bauzemont, qui fut autrefois très opulent. Un château du XVIIIe siècle a remplacé la maison forte disparue. L’église du village recèle quatre statues exceptionnelles : une pietà de 1540, un Saint-Antoine aux ardents de 1500 et deux anges du début du XVIIe. Plusieurs maisons comportent encore des linteaux sculptés, dont certains remontent au XVIe siècle. Et c’est un certain Claude de Bauzemont qui vint à bout de Charles le Téméraire...
Les cras d'Einville
L’immense parc du château d’Einville contenait tellement de corbeaux (cras) et corneilles qu’on appelait les habitants du bourg les cras. L’abbé Uzier prit la défense de ses ouailles en rédigeant, en 1619, Le triomphe du corbeau, véritable apologie de cet animal. Ce cahier reproduit la postface de la réédition de Jean Cayon, libraire nancéien, en 1859.